Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 08:52
  • LaNutrition.fr lance une campagne d'information sur le rôle de la vitamine D dans la prévention des cancers
  • Diffusez ce message à vos proches et vos amis pour les inciter à faire doser leur vitamine D en octobre-novembre par leur médecin et le faire corriger si nécessaire.

Le grand public et les médecins connaissent encore mal les bénéfices d’un taux optimal de vitamine D dans la protection contre le risque de cancer. Les pouvoirs publics restant muets sur ce sujet, LaNutrition.fr lance donc cet automne une campagne d’information pour les informer. « Le lien entre la survenue d’un cancer et le taux de vitamine D a été étudié principalement pour les cancers du sein, du côlon, de la prostate, explique le Dr Brigitte Houssin, auteur du guide Vitamine D mode d’emploi. Pour les personnes avec les taux les plus bas de vitamine D, le risque de ces cancers est multiplié par 1,6 pour celui de la prostate et jusqu’à presque 2 fois pour le cancer du côlon. »

Ce sont les Dr Frank et Cedric Garland qui les premiers ont formulé l’hypothèse d’une association entre un taux bas de vitamine D et le risque de cancer, après avoir observé que l’incidence du cancer du côlon est 3 fois plus élevé dans l’Etat de New York (nord des Etats-Unis) que dans celui du Nouveau-Mexique (sud). Leur étude Do sunlight and vitamin D reduce the likelihood of colon cancer? a été publiée en 1980.

Voici 10 points importants concernant vitamine D et cancer à diffuser largement autour de vous

  1. De nombreuses études ont montré qu’on diminue son risque de cancer du côlon, du rectum, du sein, de la prostate, lorsqu’on a suffisamment de vitamine D.
  2. Les personnes qui dans l’enfance ont été les plus exposées au soleil ont un risque de cancer du sein et de la prostate réduit.
  3. Les personnes dont le niveau sanguin de vitamine D est le plus élevé lors d’un diagnostic de cancer ont un taux de survie deux fois plus élevé que celles dont les taux sont les plus bas.
  4. Dans une étude, lorsque le diagnostic de cancer du sein, du côlon, de la prostate, est posé en été, le taux de survie est supérieur à celui des personnes dont le diagnostic a été fait en hiver.
  5. Les apports conseillés en vitamine D en France pour les adultes (200 UI/j) sont ridiculement bas et ne peuvent donc contribuer à la prévention des cancers.
  6. Les aliments enrichis en vitamine D, qui apportent une fraction de ces doses officielles conseillées n’ont donc aucun effet sur les maladies susceptibles d’être améliorées par la vitamine D.
  7. L’exposition solaire de la plupart des adultes en été, est généralement insuffisante pour assurer un taux sanguin optimal de vitamine D (40 ng/mL) surtout si l’on utilise des écrans solaires et qu’on s’expose aux heures les moins chaudes comme le recommandent à tort les autorités sanitaires.
  8. Les réserves de vitamine D faites en été sont généralement épuisées à la fin de l’été (entre le 15 septembre et le 15 octobre) et la majorité des adultes manquent de vitamine D en hiver.
  9. Adultes et enfants devraient faire doser leur taux de vitamine D avant l’hiver et le faire corriger le cas échéant par le médecin.
  10. Le moyen le plus efficace d’améliorer son statut en vitamine D, c’est de s’exposer au soleil aux beaux jours, et de prendre à la saison froide des suppléments de vitamine D3 qui peuvent être prescrits par tous les médecins.
Repost 0
Published by santenaturopathie - dans vitamines oligo éléments
commenter cet article
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 09:04

Est-ce un nouveau problème sanitaire majeur qui se dessine ? Au vu de plus de 80 études scientifiques internationales, on découvre, d’une part que près de 90% de la population est en insuffisance de vitamine D, et d’autre part que le rôle de cette vitamine est bien plus important qu’on ne le pensait. Mais ce n’est que lorsqu’elle est naturelle qu’elle exerce vraiment les actions protectrices jusqu’ici insoupçonnées : contre les maladies cardiovasculaires, le cancer, les maladies osseuses ou musculaires... 

 

Pourquoi sommes nous carencés ? 

Cette déficience tient à notre mode de vie actuel, notamment au fait que nous ne nous exposons presque plus au soleil et abusons de crèmes solaires. Il faudrait donc repenser notre attitude vis-à-vis de l’exposition solaire. Car il faudrait aller au moins vingt minutes au soleil, corps entier, avant 11 heures ou après 16 heures pour que la peau puisse synthétiser assez de vitamine D naturelle, porteuse de son énergie. 

 

Quelles sont les maladies concernées par la carence ?

Divers travaux très récents permettent de découvrir son action préventive sur diverses pathologies. À titre d’exemple, on peut citer son action protectrice contre le cancer de la prostate, du sein, du colon. Elle est indispensable pour réguler l’immunité ; certaines maladies auto-immunes, comme la sclérose en plaques par exemple, sont aggravées par sa carence. En ce qui concerne les maladies cardiovasculaires, des études ont montré que sa carence favorise la calcification des artères. Il existe même un lien entre les accidents vasculaires cérébraux et le manque de vitamine D. Enfin on sait depuis quelques temps que la chute spontanée des personnes âgées lui est imputable en raison de la faiblesse musculaire qu’elle engendre. Et tout cela sans parler de l’ostéoporose, du diabète et de la dépression.

 

Pourquoi est il préférable que la vitamine D en supplémentation soit naturelle ? 

La vitamine D agit sur presque tous nos tissus et nos organes, comme le ferait une hormone. Lorsqu’on supplémente avec une forme synthétique trop fortement dosée, on provoque de ce fait une dépendance un peu comme lorsqu’on absorbe une hormone de synthèse. De plus la forme synthétique n’a certainement pas les même effets que la forme naturelle apportée par l’alimentation ou fabriquée par la peau. 

 

Nous manquons surtout de vitamine D3 qui elle n'est pas présente dans les végétaux mais uniquement dans les produits animaux (poissons gras, surtout les marinades..)

 

Repost 0
Published by santenaturopathie - dans vitamines oligo éléments
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 18:51

Des chercheurs américains de l'Université de Californie, de l’Ecole de médecine de San Diego et de l’université Creighton à Omaha, parmi lesquels deux des plus grands noms de la recherche sur la vitamine D, ont calculé que les recommandations officielles en vitamine D (200 UI/jour en France) sont bien trop faibles pour atteindre les niveaux sanguins de cette vitamine qui permettent de prévenir le cancer du sein et d’autres maladies chroniques. Leurs conclusions ont été publiées le 21 février 2011 dans le journal Anticancer Research.

« Nous avons constaté qu’un adulte doit disposer chaque jour de 4000 à 8000 UI (unités internationales)de vitamine D pour maintenir les taux sanguins des métabolites de la vitamine D dans la fourchette permettant de réduire de moitié environ le risque de plusieurs maladies - cancer du sein, cancer du côlon, sclérose en plaques, diabète de type 1 », explique le Pr Cedric Garland (université de Californie), l’un des auteurs de l’étude et un pionnier de la recherche sur cette vitamine . « J'ai été surpris de constater que les apports nécessaires pour maintenir le statut en vitamine D dans la zone protectrice sont si élevés. Beaucoup plus élevés que la dose de 400 UI / jour qui était nécessaire pour vaincre le rachitisme au 20e siècle. »

La vitamine D est synthétisée lors de l'exposition aux UVB du soleil, mais seulement entre mars et octobre dans l'hémiqphère nord; à la saison froide, la longueur d'ondes du rayonnement UVB ne permet pas cette synthèse.

L'étude fait état d'une enquête sur plusieurs milliers de bénévoles qui prenaient des suppléments de vitamine D à des doses allant de 1000 à 10000 UI / jour.  Des bilans sanguins ont été effectués pour déterminer le niveau de 25(OH)D - la forme sous laquelle la quasi-totalité de la vitamine D circule dans le sang.

« La plupart des scientifiques qui travaillent activement sur la vitamine D pensent maintenant qu’il faut avoir une concentration de25(OH)D de l’ordre de 40 à 60 ng /ml pour prévenir de nombreuses maladies », dit le Pr Garland. « Malheureusement, seulement 10 pour cent de la population américaine a de tels niveaux et il s’agit principalement de personnes qui travaillent à l'extérieur. »

« Maintenant que les résultats de cette étude sont publiés, il va devenir banal pour presque tous les adultes de prendre 4000 UI de vitamine D par jour, » dit le Pr Garland. « C'est une dose bien inférieure aux 10000 UI/j qui est le seuil inférieur du risque d’hypervitaminose D arrêté par les autorités sanitaires américaines, et les avantages sont considérables. Les personnes qui peuvent avoir des contre-indications devraient discuter de leurs besoins en vitamine D avec leur médecin de famille. »

« Il est maintenant temps que pratiquement tout le monde prenne plus de vitamine D pour aider à prévenir certains types majeurs de cancer et plusieurs autres maladies graves, et des fractures », selon Robert Heaney, lui aussi co-auteur de l’étude.

Repost 0
Published by santenaturopathie - dans vitamines oligo éléments
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de santenaturopathie
  • Le blog de santenaturopathie
  • : Améliorez votre santé par des méthodes douces et naturelles. Je suis intimement persuadée que cette approche globale de l'homme peut nous maintenir en bonne santé ou nous la faire retrouver. La naturopathie peut nous permettre d'être bien dans notre corps et dans notre tête, réduire le stress, prévenir la maladie.
  • Contact

Recherche

Archives