Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 18:35

Les "Naturo-thés", ateliers de Naturopathie dans

une ambiance chaleureuse et conviviale

Les objectifs de ces ateliers sont :

- Vivre sainement quelque soit votre style de vie

- Intégrer progressivement l'alimentation en lien avec la Naturopathie

- Expérimenter la Naturopathie à partir de situations de la vie quotidienne

- S'entraîner avec d'autres à une alimentation santé

- Recevoir de l'empathie et du soutien pour dénouer des situations de la vie quotidienne

- Etre en lien avec d'autres personnes qui partagent la même intention de vivre une qualité de relation avec soi, avec les autres et avec la nourriture

Exemples de thèmes différents abordés sont :

- Alimentation

- Fleurs de bach

- Régime alimentaire

- Graines germées

- Amincissement et sport

- Anti oxydants

- Huiles essentielles

- Problèmes liés à la femme

- Vitalité et Naturopathie

- Gestion des émotions

Les ateliers durent 2 heures

Tarif : 25 euros

Corine Smadja

Naturopathie et massage

Paris et proche banlieue

06.20.92.17.99

corine.smadja@yahoo.fr

accueil naturopathie

Infirmière diplomée d'etat

Certifiée de Naturothérapie a la faculté de médecine paris XIII

Diplomée de Naturopathie de l'école robert Masson

Qualifiée en massage relaxant aux huiles essentielles

Certifiée en Drainage lymphatique corps et visage

Liftoreflexologue : lifting au naturel

Ateliers de cosmetologie artisanale

Repost 0
Published by santenaturopathie - dans prévention
commenter cet article
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 20:43
  • Les bénéfices de la mammographie sur la mortalité par cancer du sein seraient dix fois moins importants que ceux qu’annoncent les autorités sanitaires françaises
  • Les inconvénients du dépistage systématique sont systématiquement minimisés ou passés sous silence
  • Les bénéfices et les inconvénients de la mammographie débattus dans des forums publics, dans une grande revue médicale, et dans un pays tout entier… Non, ce n’est pas en France que ce débat a lieu ! C’est en Grande-Bretagne, où le programme national de dépistage du sein y est officiellement remis à plat.

    En France comme en Grande-Bretagne, les programmes de dépistage par mammographie passent aujourd’hui sous silence les inconvénients du dépistage pour ne mettre en avant que ses bénéfices supposés. La différence, c’est que la Grande-Bretagne a quelques leçons de démocratie sanitaire à nous donner : les critiques qui ont visé le programme national britannique - qui propose une mammographie tous les 3 ans pour les femmes de 47 à 73 ans – se traduisent par la tenue d’un débat public.

  • Les termes de ce débat sont résumés dans un courrier du Pr Susan Bewley, du King’s College de Londres, qui est publié dans le British Medical Journal du 25 octobre. Dans sa lettre, le Pr Bewley relève que la communication des autorités sanitaires britanniques s’écarte des conclusions du groupe Cochrane pour la Scandinavie, qui est en pointe dans ce domaine.

    Que dit ce groupe d’épidémiologistes ?

  • Il peut être raisonnable de participer au dépistage du cancer du sein par mammographie, mais il peut être tout aussi raisonnable de ne pas y participer, car le dépistage a des avantages et des inconvénients.
  • Si 2000 femmes sont soumises à un dépistage régulier pendant 10 ans, une va en bénéficier, car elle va éviter un décès par cancer du sein.
  • Dans le même temps, 10 femmes en bonne santé se verront diagnostiquer un cancer et seront traitées inutilement car les tumeurs dépistées n'auraient évolué que très lentement ou n'auraient pas évolué du tout (pseudo-cancer). Ces femmes auront soit une partie soit la totalité du sein enlevé, et recevront souvent une radiothérapie et parfois une chimiothérapie.
  • Par ailleurs, les médecins annonceront à tort à environ 200 femmes en bonne santé qu’elles ont un problème, avant que des analyses plus poussées contredisent ce diagnostic. Elles subiront inutilement un stress psychologique aux conséquences parfois graves.
  • En outre, l'information délivrée au public sera également revue par une équipe indépendante, et elle prendra en compte la réflexion actuelle sur la nécessité de décrire les avantages et les inconvénients du dépistage, afin d'offrir un choix éclairé.

    En France, le programme national de dépistage organisé du cancer du sein a été généralisé à l'ensemble du territoire en mars 2004. Les femmes âgées de 50 à 74 ans sont invitées tous les deux ans par courrier, ou à l'initiative de leur médecin, à faire pratiquer une mammographie associée à un examen clinique des seins. Les brochures et sites Internet, qu’il s’agisse du ministère de la santé, de l’Institut national du cancer, ou de l’assurance maladie mettent en avant, comme en Grande-Bretagne, les bénéfices potentiels de la mammographie, sans s’attarder sur ses inconvénients. Les autorités sanitaires affirment même que « plus de 3000 vies pourraient être sauvées chaque année si 70% au moins des femmes de 50 à 74 ans réalisaient un dépistage tous les deux ans. »

    Mais selon deux épidémiologistes de Cochrane, Karsten Juhl Jørgensen et Peter Gøtzsche, de tels chiffres fantaisistes. Le dépistage organisé permettrait de sauver la vie d’une femme sur 2000 après 10 ans d’examens réguliers. La population visée par le dépistage en France étant de 4 500 000 femmes, le bénéfice de la mammographie se situerait autour de 2250 vies sur 10 ans, soit 225 par an. Ce n’est pas négligeable bien sûr, mais c’est 13 fois moins que le chiffre annoncé par les autorités sanitaires. Du coup, comme en Grande-Bretagne se pose la question non seulement de la fiabilité des informations communiquées aux médecins et aux femmes, mais aussi de l'équilibre de ces informations. Un débat est donc souhaitable afin que les Françaises prenennt la meilleure décision possible. Mais ne comptez pas sur les autorités sanitaires pour le lancer.

Repost 0
Published by santenaturopathie - dans prévention
commenter cet article
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 16:24
  • Lutter contre Les facteurs de risque veineux
  1. Les traitements hormonaux (pilule, THS, THM), tout comme les dérèglements hormonaux (puberté, grossesse, ménopause, irrégularité des cycles, syndrome prémenstruel) peuvent fragiliser les parois veineuses. Dans ces situations, il conviendra d’adapter les traitements hormonaux ou la pilule contraceptive aux symptômes présentés par la personne.
  2. Le surpoids est toujours nocif pour les veines. Mais il le sera encore davantage s’il est apparu rapidement.
  3. Le tabac et l’alcool sont également deux facteurs de risque. Leur arrêt sera là encore salutaire.
  4. La constipation est un facteur de risque, compte tenu du fait que l’accumulation de selles dans les intestins favorise la compression veineuse au niveau abdominal, ce qui se répercute sur les veines des membres inférieurs.
  5. Les compressions. Tout vêtement trop serré (surtout au niveau du ventre, des aines et des genoux) risque de contrarier le retour veineux, favorisant la stase sanguine. Ce même phénomène est rencontré lorsque la personne croise les jambes en position assise.
  6. La chaleur favorise la dilatation veineuse. Il faudra donc éviter ou s’éloigner des sources de chaleur. La fraîcheur au contraire la soulagera.
  7. D’autres éléments peuvent également intervenir selon les personnes : la fatigue, les champs électromagnétiques artificiels (électricité, appareils électriques), certains médicaments (cortisone, notamment), une cambrure lombaire exagérée. Enfin, certaines maladies peuvent favoriser la pathologie veineuse : diabète, cholestérol, insuffisance thyroïdienne… alors que d’autres peuvent comprimer les veines : tumeur, ganglion, cicatrice rétractile, hématome…
Repost 0
Published by santenaturopathie - dans prévention
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 17:20

Pour arrêter le processus inflammatoire et neutraliser la dégradation du cartilage, rien ne vaut une bonne stratégie alimentaire. Voici un traitement antirouille de choc.

L’articulation est maintenue stable grâce à des ligaments permettant le mouvement entre deux extrémités osseuses recouvertes de cartilage. Ce cartilage est une substance gélatineuse autorisant un meilleur glissement et agissant comme absorbeur de chocs. Il est enveloppé d’une membrane qui sécrète la synovie, responsable du renouvellement et de la restauration du cartilage et dont le rôle consiste aussi à lubrifier l’articulation pour l’empêcher de gripper. En vieillissant, la capacité de restauration du cartilage diminue en partie à cause du phénomène de glycation des protéines en présence de sucre, une « caramélisation » des articulations en quelque sorte. Ces protéines modifiées se fixent sur le collagène articulaire. Ce phénomène, aggravé par une alimentation contenant des protéines transformées par cuisson à haute température (réaction de Maillard), s’accentue avec l’âge. Il en résulte fatalement une rigidification des articulations qui peut mener à l’arthrose.

La meilleure prévention contre la caramélisation des articulations consiste à cuire les aliments à une température ne dépassant pas les 130 °C ou à la vapeur.

Les personnes atteintes d’arthrose présentent des déficits en vitamines E, B et C. Or la vitamine E (avocat, noisette, amande, huile de colza, de noix, d’olive) en association avec les vitamines B3 (thon, maquereau, céréales au son, levure alimentaire) et B6 (germe de blé, ail frais, farine de sarrasin, blé complet, banane, noix, haricots) est bénéfique sur les symptômes des maladies articulaires. La vitamine C (par ordre décroissant de teneur : cassis, persil frais, poivron, radis noir, fraise, litchi, cresson, ciboulette, agrumes, ail et tous les fruits et légumes frais crus) renforce le système immunitaire et contrôle la formation du collagène.

La transformation des oméga 3 d’origine végétale (vrai pour les végétaliens) en EPA ne peut s’effectuer sans les oligo-éléments zinc (huitres), magnésium (germe de blé, sarrasin, blé complet, noix du Brésil, banane, lentille sèche, noix de cajou, amande) et sélénium (thon, moule, huître, moutarde).

Oméga 3

Les oméga 3 (poissons gras, huile de foie de morue, huiles végétales première pression à froid de colza, de noix et de soja) sont les amis des articulations car ils permettent de ralentir, voire d’arrêter, les processus d'inflammation et de destruction du cartilage

Les épices

La médecine ayurvédique utilise le gingembre et surtout le curcuma dont le composant principal, la curcumine, protège le cartilage en bloquant la formation de l’enzyme stromélysine qui intervient dans la dégradation des articulations. Les feuilles d’ortie piquante sont anti-inflammatoires et souveraines contre l’arthrite rhumatoïde (ce pouvoir urticant est détruit par la chaleur). Le piment renferme de la capsaïcine qui agit sur la douleur en cas d’arthrose et d’arthrite rhumatoïde. La nigelle inhibe les enzymes pro-inflammatoires. Enfin, le fenugrec contient de la diosgénine qui bloque les processus inflammatoires conduisant à des arthrites déformantes.

Méfiez vous du sucre, du sel et du café

Outre la caramélisation des articulations, un taux de sucre élevé peut provoquer une élimination du calcium des tissus osseux. On limitera les aliments dont l’index glycémique est supérieur à 70, comme la bière, les pommes de terre cuites au four, la purée de pommes de terre, les frites, le riz soufflé, le miel… Notez qu’une alimentation trop salée provoque elle aussi une perte de calcium. Et qu’une forte consommation de café réduit le niveau d’inositol dans le sang.

Or l’inositol inhibe la formation des ostéoclastes responsables de la destruction des tissus osseux…

Repost 0
Published by santenaturopathie - dans prévention
commenter cet article
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 19:49

Si la sphère digestive est le lieu où notre alimentation est transformée, elle est aussi le site privilégié de l’élaboration de nos défenses immunitaires. L’intestin n’est en effet pas seulement un organe de transit pour les aliments. Il joue aussi un rôle clé sur le plan immunitaire. Grâce d’une part aux cellules épithéliales qui constituent une barrière physique et assurent l’étanchéité aux micro-organismes, mais aussi une barrière mécanique et chimique. Et d’autre part à la flore intestinale qui joue aussi un rôle de barrière en cela qu’elle évite la colonisation par des micro-organismes pathogènes. Si l’équilibre est rompu, on assiste à l’altération de l’état général avec fatigue, ballonnements, constipation, troubles du sommeil. Les principales causes de cette altération sont généralement dues à un déséquilibre alimentaire, au stress, à une baisse immunitaire, une diminution de la motilité intestinale ou encore à des infections. Il en résulte un déséquilibre de la flore intestinale. Or la flore joue un rôle important dans la digestion et donc dans le métabolisme des nutriments et des vitamines qui stimule la réponse immunitaire et par conséquent nos défenses naturelles. Il est ainsi essentiel de préserver l’équilibre de ce système fragile en lui fournissant d’abord une alimentation saine et riche en nutriments appropriés.

La prise d’antibiotiques, une intoxication alimentaire, certaines combinaisons alimentaires, une mauvaise mastication, ou même une alimentation exotique peuvent faire apparaître des ballonnements, des aigreurs d’estomac, une fermentation, une mycose intestinale (Candida albicans), des troubles du transit, une intolérance au lactose, des allergies, des infections à répétition.
Ces symptômes ont principalement pour cause un déséquilibre de la flore intestinale. Le rôle de cette flore étant d’aider à la digestion et de nous protéger des bactéries pathogènes ou des mycoses en renforçant le système immunitaire.

  • Augmenter la consommation de fibres solubles, douces pour l’intestin : les céréales d’avoine, la farine d’avoine, l’orge…
  • Réduire la consommation de fibres insolubles, irritantes : le son de blé et les petits fruits.
  • Remplacer le pain blanc et le riz blanc par du pain complet biologique au levain et des céréales complètes.
  • Réduire les matières grasses, car elles stimulent les contractions de l’intestin.
  • Limiter les aliments qui peuvent provoquer des ballonnements, ceux qui contiennent beaucoup de fructose (les pommes avec leur peau, les figues et les dattes).
  • Éviter le café, le thé, l’alcool et le chocolat, les remplacer par de la chicorée, des tisanes, du maté
  • Remplacer les charcuteries, abats, crustacés, gibiers par des pâtés végétaux ou d’algues.
  • Remplacer le lait de vache par des laits d’amande, de châtaigne ou de riz.
  • Remplacer les épices par des fines herbes.
  • Consommer les crudités à la fin des repas.
  • Boire de l’eau fréquemment au cours de la journée.
  • Manger à des heures régulières, bien mastiquer et ne pas sauter de repas.
  • Éviter la surconsommation de sucres et de viande qui favorisent les fermentations intestinales. Préférer les sucres complets, les fruits séchés, le miel, les poissons et volailles, les œufs et les protéines végétales.

.

Repost 0
Published by santenaturopathie - dans prévention
commenter cet article
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 17:40

Voici 8 moyens efficaces mais peu connus de préserver votre coeur. Votre cardiologue ne vous en a jamais parlé ? Parlez-lui en.

Rire

Peut-être avez-vous entendu parler de "thérapies par le rire". Si ces dernières n'ont pas encore un appui scientifique important, il existe néanmoins des études qui montrent que rire permet de diminuer le stress, relâcher les vaisseaux sanguins et ainsi faciliter le travail du coeur. Des chercheurs ont ainsi évalué l'impact des émotions sur la vasodilatation des artères, en faisant regarder à des volontaires différents types de films qui suscitent tantôt la peur, le stress ou le rire. Chez les personnes qui ont ri le calibre des artères a augmenté de 22%. Ceux qui ont vu un film stressant ont vu le calibre de leurs artères diminuer de 35%. La solution proposée par les chercheurs pour prendre soin de son coeur : aller au cinéma voir des films comiques

Profiter du silence

Le réveil, la télé, le train, les voitures, les cris. Les nuisances sonores sont devenues une véritable pollution dans les grandes villes. Des nuisances non sans conséquences puisque les bruits désagréables stimulent notre axe corticotrope qui produit les hormones du stress. Un effet qui se traduit par une augmentation de la tension artérielle et une accélération du rythme cardiaque, deux facteurs de risque cardiovasculaire . Apprenez à profiter de moments de silence et de calme.

Rester souple

Vous avez du mal à toucher la pointe de vos pieds avec la main quand vous vous penchez en avant ? Même si vous ne souhaitez pas devenir danseuse étoîle, des études ont effectivement relié la souplesse musculaire à celle de vos vaisseaux sanguins à partir de l'âge de 40 ans. Ce lien ne semble pas exister chez les personnes plus jeunes. Plus surprenant, ce constat ne semble pas pouvoir être expliqué par les capacités sportives habituelles telles que la force musculaire ou les capacités cardiovasculaires à l'effort. Ces données pourraient signifier que la pratique des étirements serait bénéfique pour le coeur, même si vous êtes peu sportif par ailleurs . Mais quoiqu'il en soit, les étirements sont une petite activité physique que vous pouvez pratiquer régulièrement.

Surveiller ses dents

Les liens entre santé dentaire et cardiaque sont multiples. Il est connu que la parodontite (une inflammation des tissus qui soutiennent la dent) augmente le risque de problèmes cardiovasculaires. Il s'agit d'une maladie multifactorielle mais il semble que de simples mesures de santé orale et dentaire soient suffisantes pour améliorer significativement sa santé cardiovasculaire. Des chercheurs Anglais ont administré des soins dentaires (réparation des dents, extraction, nettoyage de la plaque dentaire) et ont prodigué des conseils d'hygiène: se brosser les dents et utiliser régulièrement du fil dentaire. Résultat : au bout de 6 mois, tous les participants qui ont été soignés ont vu une amélioration de l'inflammation et de la fonction endothéliale, qui dirige le fonctionnement des artères (4). Les explications de ces résultats ne sont pas fermement établies mais il semble que certaines bactéries dangereuses retrouvées dans la bouche puissent atteindre profondément les gencives et gagner les vaisseaux sanguins, entraînant des modifications de ces derniers. Un autre conseil important peut améliorer la flore bactérienne de votre bouche : limiter les aliments sucrés; ces derniers fermentent plus rapidement au profit de bactéries nocives.

Eviter les plastiques et les boîtes de conserves

Le bisphénol A et les phtalates sont des composés chimiques qui entrent dans la composition de certains plastiques et des boîtes de conserve. Leur nocivité est avérée et en attendant que des mesures soient prises (à l'horizon 2014, notre solution est de les éviter. Nous savions déjà que ces produits étaient des perturbateurs endocriniens et qu'ils diminueraient la fertilité mais il s'avère aussi qu'ils pourraient augmenter notre risque de problèmes cardiovasculaires d'après une récente étude 

Faire de la musculation

Du sport, du sport. On commence à l'entendre régulièrement. Mais de la musculation, oui ou non ? Les chercheurs ont montré que la musculation aussi était bénéfique pour la santé cardiovasculaire. Avec un minimum de deux séances par semaine elle diminue les triglycérides (un facteur de risque cardiovasculaire), améliore la glycémie, fait maigrir de la taille et diminue la pression artérielle (6). Faîtes-vous plaisir, quel que soit le sport !

Ecouter de la musique

Oui mais pas n'importe laquelle ! De la musique classique. Des chercheurs ont en effet montré que des musiques comme le rock ou la techno étaient sans effet bénéfique sur le stress et la fonction cardiaque. En revanche, après avoir fait écouter diverses musiques classiques à des groupes de patients avant et après une opération cardiaque, ils constatent que certaines musiques diminuent l'anxiété et le stress de manière très significative. En effet, dans leur étude les chercheurs rapportent des effets bénéfiques plus importants avec l'utilisation de musique classique qu'avec l'utilisation d'un médicament de la classe des benzodiazépines qui lutte contre l'anxiété (7). Les auteurs signalent que les musiques qui semblent les plus bénéfiques à la santé cardiaque sont celles de Bach, Mozart ou de compositeurs Italiens.

Dire merci

Etre reconnaissant. Cela peut sembler curieux mais il semble que ce simple comportement soit très bénéfique pour la santé et le bien-être psychologique, aussi bien pour celui qui reçoit que celui qui donne (8). L'action d'être reconnaissant consiste, par exemple, dans une entreprise à ce que votre chef vous remercie lorsqu'il constate que votre travail est satisfaisant. En tant qu'employé vous êtes valorisé et améliorez votre intégration, ce qui peut se traduire par de meilleures performances à terme. Pour votre employeur ce comportement provoque une attitude plus optimiste et a été reliée à une meilleure santé, peut-être même une plus grande longévité. Les bénéfices de la reconnaissance sont les plus importants lorsque:

  • Un acte ou un comportement est évalué positivement par un observateur (par exemple votre employeur)..

  • Ce comportement n'est pas engendré par des efforts de l'observateur.

  • L'observateur a perçu que l'acte accompli provient d'efforts personnels ou d'une motivation.

 



Repost 0
Published by santenaturopathie - dans prévention
commenter cet article
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 17:03

On a beau affirmer partout que l’être humain n’est ni acide ni alcalin, mais qu’il est neutre (ce qui se mesure par un pH de 7), on peut considérer qu’avec un pH du sang compris entre 7,35 et 7,45, l’homme est un être vivant « alcalin ». Quand il naît, il l’est même plus qu’il ne le sera jamais (l’urine d’un bébé a un pH de 8… ainsi que le liquide amniotique et le colostrum). Cet être alcalin est, dans sa vie quotidienne, confronté en permanence à des éléments acidifiants : le stress, la pollution, la viande, l’alimentation raffinée, les boissons sucrées, le café, le thé ou la farine blanche. Il passe donc la plus grande partie de sa vie à lutter contre une maladie que l’on pourrait appeler la « civilisatose » dont l’acidité le ronge peu à peu.

 

Formation des déchets résiduels

Pour éliminer les acides organiques générés par la vie quotidienne, le corps doit les neutraliser à l’aide de minéraux et d’oligo-éléments alcalins produisant ainsi des sels neutres. Cette action est naturelle et ne pose normalement aucun problème. Toutefois, les sels minéraux et les oligo-éléments étant très rares dans notre alimentation, le corps va donc les puiser dans les dents, os, cartilage, cuir chevelu, ongles, peau, vaisseaux, sang. Apparaissent ainsi des carences provoquant caries, goitre, diabète, anémie

Une fois les acides transformés en sels, ils sont éliminés par les reins et la peau. Ici encore, ce processus naturel est totalement rodé, mais, lorsque la densité de sels devient trop importante, l’organisme ne peut plus les éliminer. Ils se déposent alors dans des endroits du corps peu gênant (cellulite, par exemple). Puis, lorsque ces « lieux poubelles » sont pleins, ils envahissent des lieux plus dangereux pour l’organisme et finalement les organes vitaux. Ces sels et les toxines qui les accompagnent deviennent les « déchets résiduels ». La présence croissante de ces déchets encrasse petit à petit l'organisme.  Les courbatures, le raidissement, les rhumatismes et l’arthrite sont les signes les plus parlants et parfois, les plus douloureux, de cet encrassement

Changer d’hygiène de vie

Le processus enclenché par l’excès acide est donc loin d’être bénin mais il peut heureusement être inversé en modifiant simplement son hygiène de vie. Il faut d’abord, adopter une bonne hygiène alimentaire, réduire sa consommation de café, thé, sucre, boisson à base de cola, viande et apporter au corps des aliments alcalins comme les fruits et légumes frais ou secs, des minéraux et des oligoéléments en quantité suffisante. Il faut aussi se dépenser régulièrement et limiter le stress (relaxation, méditation, yoga…)

 

Dissoudre les déchets et les éliminer

 

Mais parfois cela ne suffit pas à inverser un processus déjà très avancé. Pour dissoudre les déchets résiduels incrustés dans le corps, il est recommandé de boire très régulièrement des jus de légumes. On peut les réaliseravec un extracteur ou les acheter tous prêts en boutique bio. Il faut aussi drainer les acides et les toxines tous les jours en buvant deux à trois tasses d’infusion de plantes qui vont drainer et éliminer les acides qui enflamment les articulations. On choisira des plantes diurétiques, mais aux actions douces et progressives :feuilles de cassis, reine des prés (plante entière), feuille de frêne, prêle (plante entière) et feuille de bouleau.  Ce type de tisane favorise en outre la reminéralisation de l’organisme.

 

Repost 0
Published by santenaturopathie - dans prévention
commenter cet article
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 20:03

Bougez

Une articulation qui bouge est une articulation moins raide. Que vous soyez au travail, allongé en train de lire, assis devant la télé, changez souvent de position, levez-vous régulièrement de votre chaise et marchez, bougez les bras, étirez-vous.

Perdez quelques kilos

Les kilos en trop exercent une charge supplémentaire sur les articulations, ce qui augmente le risque d’abîmer les cartilages. En plus, un excès de graisses corporelles donne naissance à des substances inflammatoires qui peuvent aggraver les douleurs articulaires. La graisse abdominale en particulier est une source de cytokines pro-inflammatoires.

Pas d’étirements avant un exercice

Les spécialistes déconseillent de s’étirer avant un exercice : cela entraîne une rétraction musculaire, qui augmente le risque de déchirure. Chez les personnes qui souffrent d’arthrose, les étirements avant un exercice rendent les articulations plus susceptibles au risque de blessure. A la place, il existe des mouvements spécifiques à chaque activité physique, par exemple, décocher des coups de pied dans le vide avant de nager : cela échauffe les muscles et assouplit les articulations.

Des exercices non traumatisants

 En prévention des troubles articulaires, les meilleurs exercices sont ceux qui exercent le moins de stress et d’impact sur l’articulation, comme la natation, le vélo, la musculation avec des poids légers.

Musclez-vous

Des muscles forts autour de l’articulation garantissent qu’elle sera mieux préservée. A l’inverse, les études montrent que les personnes qui ont des quadriceps faibles ont plus de risque de développer une arthrose du genou. Une augmentation même minime de la force musculaire se traduit par un bénéfice. La musculation se fait de préférence sur appareils, avec des poids légers et des mouvements lents.

Des mouvements amples et complets

Les articulations doivent être mobilisées dans toute leur amplitude pour éviter qu’elles se raidissent. Si vous souffrez d’arthrose, votre kinésithérapeute vous indiquera des mouvements quotidiens à effectuer.

Renforcez votre ceinture abdominale et dorsale

Des abdominaux plus forts améliorent l’équilibre général, ce qui diminue le risque d’atteinte articulaire de tous ordres. 

Adoptez une bonne posture

Tenez vous droit, que vous soyez assis ou debout. Une bonne posture protège vos articulations de la tête au pied. La marche contribue à adopter une bonne posture si elle est rapide. La natation aussi contribue à une bonne posture.

Articulations sensibles ? Utilisez de la glace

La glace est un antalgique naturel et gratuit. Elle diminue la douleur et les gonflements. Si vos articulations vous font souffrir, appliquez de la glace dans un tissu pendant 20 minutes (pas de glace au contact direct de la peau). Un sachet de légumes surgelés peut aussi faire l’affaire !

Mangez du poisson

Le poisson gras apporte des graisses de la famille Oméga-3 (EPA et DHA) qui ont des propriétés anti-inflammatoires. Les poissons intéressants sont le maquereau, le hareng, la sardine, le saumon, à préparer pochés, à la vapeur ou en marinade pour éviter les cuissons agressives qui altèrent ces acides gras. On trouve aussi ces bonnes graisses dans les crustacés et les coquillages.


Limitez les huiles de tournesol et de maïs

Ces huiles apportent un excès de graisses de la famille Oméga-6 qui favorisent l’inflammation. On a besoin de cette famille d’acides gras, mais sans excès. On peut remplacer ces huiles par de l’huile de colza, plus équilibrée (pour l’assaisonnement) et l’huile d’olive (pour l’assaisonnement et la cuisson)


Plus d'épices dans votre cuisine

Le gingembre et le curcuma pourraient diminuer les processus inflammatoires articulaires. A utiliser en vrac en cuisine (ou sous la forme de complément alimentaire en gélules) pour mettre toutes les chances de votre côté.

Des suppléments nutritionnels contre les douleurs articulaires

 

Le sulfate de glucosamine et d’autres substances comme la S-adénosylméthionine (SAMe), mais aussi des plantes comme l'harpagophytum  ou la griffe de chat peuvent améliorer les douleurs articulaires de l’arthrose. Toutes les études ne montrent pas cela, mais il existe pour ces substances des données prometteuses qui peuvent justifier de les essayer

 

Repost 0
Published by santenaturopathie - dans prévention
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de santenaturopathie
  • Le blog de santenaturopathie
  • : Améliorez votre santé par des méthodes douces et naturelles. Je suis intimement persuadée que cette approche globale de l'homme peut nous maintenir en bonne santé ou nous la faire retrouver. La naturopathie peut nous permettre d'être bien dans notre corps et dans notre tête, réduire le stress, prévenir la maladie.
  • Contact

Recherche

Archives