Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 13:24

Le krill, mot norvégien qui signifie « nourriture de baleines », est un minuscule crustacé dont on extrait une huile au fort pouvoir antioxydant. Depuis quelques années, de nombreux scientifiques se penchent sur ce produit aux vertus thérapeutiques étonnantes.

Cette espèce vit dans les couches supérieures des mers froides de l’Antarctique. C’est une petite crevette qui se nourrit essentiellement de phytoplancton. En tête de la chaîne alimentaire, le krill est nettement moins touché par la pollution que le reste de la faune marine. De plus, sa densité de 19 millions d’individus au km2 en fait l’espèce animale la plus abondante sur la planète. L’huile extraite du krill possède une teneur en acide gras oméga 3, 6 et 9 qui la rend aussi efficace que l’huile de poisson (comme l’huile de foie de morue, par exemple) dans la prévention des maladies cardiovasculaires, ou pour soulager les manifestations inflammatoires. Mais elle possède bien d’autres qualités.

Un puissant antioxydant

L’huile de krill contient en effet également des phospholipides ainsi que l’un des plus puissants antioxydants : un complexe de bioflavonoïdes marins et d’astaxanthine. Selon une récente étude, les bioflavonoïdes renforceraient la plasticité de l’hippocampe (zone du cerveau qui régit la mémoire épisodique et spatiale ainsi que le sommeil paradoxal) luttant ainsi contre les syndromes dépressifs et les troubles de la mémoire. L’astaxanthine, quant à elle, est le pigment rouge qui rosit les crustacés (et donc les flamants roses). Appartenant à la famille des caroténoïdes, elle est chimiquement semblable au bêta-carotène, présent dans les carottes ou à la vitamine A.

Ainsi l’huile de krill apparaît comme un complément alimentaire très complet. C’est un antioxydant très puissant. Elle est riche en acides gras essentiels (eux-mêmes préservés de l’oxydation par les antioxydants). Quant aux phospholipides, ils assurent le transport des antioxydants dans la membrane cellulaire où, une fois restaurés, ils empêchent la pénétration intracellulaire des virus et protègent ainsi efficacement contre toute infection virale.

Repost 0
Published by santenaturopathie - dans compléments alimentaires
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 18:34

Le silicium est connu pour son action anti-inflammatoire et pour son rôle dans les processus de reminéralisation osseuse. En effet, depuis ces vingt dernières années, la principale contribution des travaux réalisés sur le silicium a été la démonstration de son implication comme élément majeur dans toutes les structures de soutien de l’organisme. Car le silicium est impliqué non seulement dans tous les mécanismes vitaux organiques, mais nous pouvons conclure que de nombreuses pathologies sont directement liées à sa carence et peuvent être guéries, ou pour le moins améliorées, par une supplémentation quotidienne en silicium organique.

Découverte concernant les antioxydants
Des découvertes récentes ont permis d'établir qu'il était fortement impliqué dans les mécanismes de fonctionnement de la vitamine C, dont on connaît le puissant rôle antioxydant.
Le silicium serait alors un des principaux acteurs des mécanismes complexes d'équilibre acido-basique, oxyde réducteur et de résistivité-conductibilité, décrits par la bio-électronique de Vincent, équilibres dont on sait qu'ils conditionnent les états de santé ou de maladie.

Action sur le métabolisme général
Il joue donc un rôle prépondérant dans le métabolisme général de l'organisme en intervenant également directement dans le processus de régénération des cellules, en rétablissant l'équilibre ionique des cellules endommagées ou affaiblies et en relançant les échanges cellulaires. II possède, en outre, la propriété de traverser la peau pour diffuser ensuite dans l'ensemble de l'organisme, ce qui le rend aussi utile en usage externe, qu'en usage interne.

Rôle sur l'équilibre nerveux
La communication entre neurones est véhiculée par l'influx nerveux, qui dépend du potentiel de membrane (face interne négative, face externe positive) lui-même régulé par le silicium organique ioniquement très instable.
L'instabilité ionique du silicium, qui est une constante dans la famille des silanols, régule le potentiel de la membrane et restaure la polarité des cellules déficientes. Le silicium s'associe à l'aspartate, acide aminé impliqué comme neurotransmetteur jouant sur le système nerveux central un puissant effet excitateur. Ainsi, la présence d’acides aminés dans le silicium apporte la stabilité de la structure moléculaire, ce qui permet une excellente biodisponibilité de l’élément Si.
Le silicium est présent dans le tissu nerveux à raison de 26 mg par kg de tissu sec, et sa carence provoque paralysie et perte de toutes les facultés. Le manque de silicium est associé dans le cerveau à un excès d'aluminium, dont les dépôts cérébraux contribuent à provoquer la maladie d'Alzheimer.
Le zinc et le cuivre sont dépendants du silicium, le premier permet de développer la capacité d'acquérir des connaissances et le second est indispensable à l'élaboration de la partie lipidique du cerveau.
Il semblerait que le silicium participe également à l'équilibre du sommeil.

Rôle sur le système cardio-vasculaire
En vieillissant, les taux de silicium organique sont d’autant plus faibles dans les artères que celles-ci sont le siège de lésions athéromateuses importantes. Un traitement à base de silicium peut faire régresser ses lésions. Il restaure la synthèse de l’élastine, tout en diminuant la calcification et la rigidité des artères vieillissantes.

Rôle sur le système immunitaire
Le silicium est le coordinateur qui participe à l'envoi de l'ordre de fabrication des anticorps antigènes. Il favorise également la transformation des lymphocytes B en lymphocytes T, et exerce un rôle important dans la synthèse des hormones liées à l'immunité. Ainsi, l'activation des lymphocytes T et B, de même que l'inhibition de la prolifération anarchique des cellules néoplasiques montrent que le silicium se comporte comme un régulateur de la division cellulaire. Cela en fait un élément important à utiliser, de préférence, en association avec d'autres produits (antioxydants), afin d'en renforcer l'effet.

Repost 0
Published by santenaturopathie - dans compléments alimentaires
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 17:31

Les propriétés de l’extrait de pépins de pamplemousse


L'action de l'extrait de pépins de pamplemousse (EPP) s'étend à environ 800 souches de bactéries et de virus, et à environ 100 souches de champignons, ainsi qu'à un très grand nombre de parasites unicellulaires. C'est un score unique.
Son action anti-microbienne se développe à une concentration moyenne de 1000ppm (parts par million) ce qui correspond à 8 gouttes par verre d'eau environ.
• des essais comparatifs en concurrence avec 30 antibiotiques puissants et 18 antimycosiques ont été établis par des équipes de recherche internationales.
Dans chaque essai, l'huile de pépins de pamplemousse étant d'un effet équivalent ou supérieur sur les souches présentes.
• le produit est dépourvu de toxicité. Il faudrait absorber 4000 fois la dose normale pour atteindre des effets d'empoisonnement.
• l'extrait de pépins de pamplemousse favorise les défenses immunitaires, alors que les antibiotiques classiques les inhibent.
• au niveau intestinal, alors que l'extrait de pépins de pamplemousse inhibe les bactéries nocives, il ne touche absolument pas aux indispensables bifidus et ne diminue que très peu les lacto-bactéries.
De plus, l'ensemble de la flore se trouve améliorée.
Normalement, ce produit ne fait l'objet d'aucune réaction allergique. Néanmoins, selon les statistiques, il y a environ 4% des personnes qui présentent une allergie aux agrumes en général. Dans ce cas, ces personnes doivent commencer par une dose minimale.

Applications internes


Il est recommandé de boire un verre d'eau ou de jus mélangé à 3 à 15 gouttes d'extrait de pépins de pamplemousse (DR = Dosage Recommandé, voir tableau ci-dessous), et renouveler deux à trois fois par jour. Ce dosage n'est qu'une indication approximative qui peut varier selon le poids de la personne. Voici quelques unes des pathologies pour lesquelles l’Extrait de Pépins de Pamplemousse s’est avéré efficace. Nous vous conseillons pour certaines d’entre elles de l’utiliser en synergie avec d’autres produits.
Allergies : Les applications en cas d'allergies de différentes origines ont donné généralement de bons résultats.
Très souvent, ces allergies sont en rapport avec la levure Candida. DR à associer avec Allermin Gouttes (2 gouttes 3 fois par jour la 1re semaine ; 4 gouttes 3 fois par jour la 2e semaine ; 6 gouttes 3 fois par jour la 3e semaine ; 8 gouttes 3 fois par jour et maintenir de la 4e à la 12e semaine).
Amygdalite : DR jusqu'à la disparition des symptômes. De plus, il faut se gargariser cinq à six fois par jour avec 10 gouttes d'extrait de pépins de pamplemousse mélangées dans un verre d'eau tiède.
Bronchite / Toux : Application jusqu'à la disparition des symptômes (éventuellement pendant plusieurs semaines). DR à conjuguer avec Pulmophase Capsules :
– Infections aiguës : 2 capsules matin, midi et soir pendant une à trois semaines.
– Affections multi-résistantes et chroniques : matin, midi et soir : 1 capsule la 1re semaine. 2 capsules de la 2e à la 12e semaine.
et Pulmophase Sirop : 5 ml, 4 fois par jour.
Candida albicans : La levure Candida albicans peut s'implanter dans les intestins où elle risque d'attaquer tout l'organisme en déclenchant une gamme complète de symptômes. Elle produit environ 100 substances toxiques qui peuvent agir sur les différentes fonctions du corps, y compris sur le cerveau, le système nerveux et le système hormonal. Un traitement contre la Candida albicans devrait toujours s'accompagner d'une modification des habitudes alimentaires et d'un drainage des toxines par une grande consommation d'eau. Supprimer tout apport de sucre. Nettoyage au charbon végétal au préalable. Charbon végétal Super Activé pot de 100g (1 cuillère à soupe matin et soir dans un verre d’eau entre les repas pendant 3 semaines. Espacer les prises de 3 heures de toute prise médicamenteuse).
La mort des champignons libère des substances toxiques que l'organisme doit éliminer. Il faut toujours commencer par une petite dose de 3 gouttes et, selon l'état général, augmenter lentement au cours des semaines. Si les organes de désintoxication comme le foie et les reins sont très affaiblis et si l'attaque des levures sont très virulentes, il faut commencer par 1 goutte par jour pour tester la réaction. Autrement, suivre le dosage indiqué au début. Le traitement doit durer en général trois mois. Prise conjointe avec Candicide Capsules (matin, midi et soir : 1 capsule la 1re semaine, 2 capsules de la 2e à la 4e semaine. 3 capsules de la 5e à la 8e semaine et descendre à 1 capsule de la 9e à la 12e semaine).
Cystite / Inflammation de la vessie : L'extrait de pépins de pamplemousse donne aussi de bons résultats dans les infections de la vessie qu'elles soient chroniques ou aiguës. En plus d'un dosage conforme à celui indiqué, il est recommandé de boire beaucoup de liquide. Il est également conseillé de prendre la dernière prise avant le coucher. S'il s'agit de douleurs chroniques, il faut utiliser le produit pendant plusieurs semaines et continuer encore quelques jours après la disparition des symptômes.
Douleurs menstruelles : Dans certains cas, ces maux sont liés à la Candida albicans parce que cette levure comporte des substances similaires aux hormones, capables de dérégler l'équilibre hormonal. Pour le traitement à appliquer dans le cas d'une telle présence, voir le chapitre sur la Candides albicans.
Goutte : La goutte peut, comme de nombreuses autres maladies, avoir un lien avec une infection liée à la levure Candida. Si tel est le cas, un traitement à l'extrait de pépins de pamplemousse peut apporter une amélioration.
Grippe : De plus, et selon les symptômes, une application externe est conseillée. L'extrait est également conseillé en matière de prophylaxie dans les périodes de grippe. DR à combiner avec 30 ml de Noni à jeun pour renforcer les défenses immunitaires.
Infections : La plupart des infections sont dues à des agents pathogènes ; un traitement à base d'extrait de pépins de pamplemousse peut donc apporter une amélioration sinon une guérison. DR à poursuivre si nécessaire, pendant plusieurs semaines.
Maladies infectieuses : Le plus souvent, elles ont pour cause l'invasion de l'organisme par des bactéries, champignons ou virus. L'extrait de pépins de pamplemousse s'avérera efficace face à un grand nombre de micro-organismes. Plus on prend de l'extrait rapidement, plus son effet sera probant.
Mycoses : Depuis quelques années, les mycoses ont pris une ampleur phénoménale. Une des plus connues et des plus nocives est celle de la levure Candida albicans, mais il existe un bon nombre de levures et de moisissures installées dans l'organisme humain et responsables de nombreux maux. Pour le traitement voir « Candida albicans ».
Parasites internes : Un grand nombre de parasites du minuscule micro-organisme jusqu'au ver solitaire adulte ont choisi l'homme comme hôte, en altérant, souvent avec gravité, notre bien-être physique. Le fait de prendre de l'extrait de pépins de pamplemousse favorise l'élimination de ces parasites. DR et ce, pendant plusieurs semaines. Il est conseillé de faire une à deux cures par an.
Rhume : Appliquer le DR.
Sinusite : Appliquer le DR.
A conjuguer avec Rhinophase Capsules :
– Infections aiguës : 2 capsules matin, midi et soir pendant une à trois semaines.
– Affections multi-résistantes et chroniques : matin, midi et soir : 1 capsule la 1re semaine. 2 capsules de la 2e à la 12e semaine.
et Rhinophase Sirop : 5 ml, 4 fois par jour.
Système immunitaire, affaiblissement : L'extrait de pépins de pamplemousse peut aider énormément le système immunitaire en tuant des bactéries, champignons, parasites et aussi certains virus. DR pendant plusieurs semaines.
 
Applications externes


Angine / maux de gorge : Se gargariser cinq à six fois par jour avec un verre d'eau tiède additionnée de 10 gouttes d'extrait. Une application interne conjointe peut donner de meilleurs résultats.
Aphtes : Se rincer la bouche plusieurs fois par jour avec 10 gouttes d'extrait de pépins de pamplemousse diluées dans un verre d'eau. Badigeonner, ensuite, l'aphte avec un bâtonnet trempé dans 2 à 3 gouttes d'extrait diluées dans une cuillère à soupe d'eau.
Eczéma des orteils : Si la partie du pied concernée n'est pas trop sensible, appliquer l'extrait pur dans certains cas récidivants. Nous conseillons de mélanger 20 à 50 % d'extrait de pépins de pamplemousse dans de la glycérine, de l'huile ou de l'eau puis d'appliquer le produit deux fois par jour. Une fois les symptômes disparus, il faut continuer ce traitement pendant au moins dix jours. Changer les chaussettes tous les jours, et ajouter pour les laver, environ 20 gouttes d'extrait de pépins de pamplemousse dans l’eau de lessive.
Gingivite : Verser 1 à 2 gouttes d'extrait de pépins de pamplemousse sur la brosse à dents humide et se brosser les dents trois fois par jour. La bouche peut également être rincée plusieurs fois par jour avec 5 à 10 gouttes d'extrait de pépins de pamplemousse diluées dans un verre d'eau.
Herpès simple/herpès des lèvres : Appliquer deux à trois fois par jour 4 a 6 gouttes d'extrait mélangées à une cuillère à soupe d'huile. Laisser si possible agir ce traitement au cours de la nuit ; continuer encore quelques jours après disparition des symptômes. Combiner avec Kilvir Capsules :
• Affections aiguës : 1 capsule matin, midi et soir pendant une à trois semaines.
• Affections résistantes : matin, midi et soir : 1 capsule la 1re semaine et 3 capsules jusqu’à la 8e semaine.
• Affections chroniques : matin, midi et soir : 1 capsule la 1re semaine, 2 capsules jusqu’à la 12e semaine.
Et Kilphase Crème : 4 à 6 applications par jour sur la zone dès le début de l’infection pendant 4 jours, même si les symptômes ont disparu.
Mycose dermique / brûlure : Appliquer régulièrement deux à trois fois par jour quelques gouttes d'extrait diluées dans un peu d'eau ou d'huile. Chez les personnes qui le supportent sans douleur, on peut également appliquer de l'extrait pur, à condition d'éviter les muqueuses. Continuer le traitement pendant dix jours après disparition des symptômes. Désinfecter aussi le linge, en ajoutant quelques gouttes de cet extrait à l'eau de rinçage pour éviter ainsi une nouvelle contamination.
Combiner avec Candiphase Crème : Appliquer 3 à 4 fois par jour dès le début de l’infection sur les lésions, au minimum 4 jours, même si les symptômes ont disparu. Ne pas utiliser chez les enfants de moins de 3 ans.
Psoriasis : Eviter de laver les endroits ulcérés avec du savon. Après le bain, la douche ou la toilette, appliquer deux à trois fois par jour un mélange composé de 5 à 10 gouttes d'extrait et d'une cuillère à soupe d'huile de bourrache ou d'onagre. Observer, et continuer en cas d'amélioration.
 
Les dosages recommandés

Poids en kg Nombre de gouttes / jour
5 3
10 5
20 10
30 15
40 20
50 25
60 30
70 35
80 40
90 45
100 50
Repost 0
Published by santenaturopathie - dans compléments alimentaires
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de santenaturopathie
  • Le blog de santenaturopathie
  • : Améliorez votre santé par des méthodes douces et naturelles. Je suis intimement persuadée que cette approche globale de l'homme peut nous maintenir en bonne santé ou nous la faire retrouver. La naturopathie peut nous permettre d'être bien dans notre corps et dans notre tête, réduire le stress, prévenir la maladie.
  • Contact

Recherche

Archives